Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

Savez-vous que...???

**Que vous pouvez découvrir un nouvel album contenant les tableaux sur le thème de la vigne et du vin, en haut et à droite de cette page ?

http://amande-douce.blogspirit.com/album/la-vigne-et-le-v...

**Que si vous cliquez sur l'image de n'importe quel article que je publie vous la verrez en format bien plus grand ?

**Que si vous voulez voir davantage de photos d'oeuvres vous pouvez découvrir mes autres publications sur le net dont les liens se trouvent à gauche de cette page ? Et en particulier mon photoblog :

http://lesphotosdamande.blogspirit.com/

18/05/2009

Je reviens très bientôt !

Voilà longtemps que je n'ai pas posté une note...

J'ai été très occupée par la préparation et le déroulement d'une exposition, et maintenant je suis en plein travail de création. Je suis en train d'élaborer la grande toile annuelle sur le thème "La vigne et le vin", et parallèlement je travaille aussi sur une toile plus petite sur le th-me "Dolce Vita". Ces thèmes vous inspirent ?

 

Je reviens bientôt.

Et en attendant, n'oubliez pas :

http://lesphotosdamande.blogspirit.com/

Et pour vous faire patienter, voici un de mes derniers tableaux à l'huile exposés :

All2009_04050011.jpg
Et un de mes derniers pastels exposés ausi :
All2009_04120004.jpg
Et à bientôt !!!

20/03/2009

Substitution

AllDSCN5564.jpg

Pour une exposition à thème, je devais peindre sur une toile de format 120 x 30. Format très allongé et un peu bizarre que je n’avais jamais utilisé.
J’avais fait deux portraits l’un au-dessus de l’autre, une femme d’abord, puis un homme, très typé oriental, genre « Fayoum », qu’elle semblait dominer malicieusement. Je n’étais pas très satisfaite du résultat, mais, prise par le temps, je n’avais pas pu recommencer autre chose. Je l’ai donc proposé à l’exposition, et il a été accepté.



Mais une fois l’exposition passée, j’avais laissé ce tableau en vue dans mon atelier. Je voulais le modifier et transformer cette scène un peu sibylline. J’avais pensé à un truc comme Judith et Holopherne, la belle attrapant les cheveux du pauvre homme décapité. Il fallait donc ensanglanter le cou et le bas du tableau, et changer l’expression de la jeune femme, un peu trop folâtre. Quelques bijoux pour la couleur locale…cela pouvait se faire.
Mais plus j’y pensais et plus cette idée me paraissait ringarde…Le thème a déjà été traité par de grands peintres…me confronter à eux me semblait assez prétentieux.

judith.jpg

Allori

judith-holopherne-1909.jpg

Klimt

Et puis les portraits de l’époque « Fayoum » sont si beaux, et le mien était plutôt moche.

Fayoumx3.jpg

Portraits du Fayoum

Gimp2009_03070008.JPG






Alors j’ai tout recouvert de mon noir fatidique afin de repartir sur tout autre chose. Ayant soif de peinture à l’huile et manquant de supports, j’ai décidé d’utiliser cette toile pour quelques pochades vite exécutées…J’ai préparé un découpage pour faire comme une pellicule de film…Et je me suis dit que j’allais y faire des portraits rapides, deux par séance, c’est à dire chaque portrait finalisé en une heure. L’urgence me stimule et m’oblige à aller à l’essentiel.




Voilà le résultat. Il n’y a que le dernier portrait qui a été fait « normalement », en deux heures, et en plus il était plutôt raté, et j‘ai dû le reprendre après, alors que pour les quatre premiers je n’ai rien retouché !


Franchement, je ne pense pas que ce dernier soit le meilleur.

J'espère vos commentaires, vos critiques, vos réflexions...

12/01/2009

Finir ?

Quand je peins un portrait devant un modèle vivant, j’ai devant moi deux heures et demie pour le faire.

A la fin de la séance, il est rare que ce soit fini. Généralement, je me suis centrée sur le visage, afin de peaufiner les traits du personnage, la ressemblance. Mais souvent les cheveux sont juste esquissés, le corps juste indiqué.
Je « termine » seule dans mon propre atelier, tranquille.
Tranquille, mais il n’y a plus le modèle. Alors il faut inventer un peu, essayer de compléter sans trahir, de rectifier les erreurs de tir, de ne pas « tuer » la peinture.
Hélas, c’est bien ce qui arrive quelquefois. Et l’œuvre prometteuse se disloque, le personnage bien saisi se fige, c’est foutu !
Ainsi, l’esquisse agréable au pastel sec de cette jeune fille s’est transformée en un portrait lourd, d’un académisme froid, raide et artificiel que je n’aime plus du tout, que je n’exposerai jamais.

AllDSCN4233.jpg


AllDSCN4461.jpg


Ainsi cette femme mystérieuse dont la sensualité m’inspirait, dont le contraste entre le visage dur et les formes pleines était si inhabituel, est devenue, lorsque je l’ai « terminée », trop lisse, façon poupée gonflable, le corps prenant trop de place et faisant oublier l’étrangeté du visage.

AllDSCN4401.jpg


AllDSCN4407.jpg


Alors ne vaut-il pas mieux parfois ne pas terminer ? Laisser agir le charme de l’inachevé ?
Mais peut-on se contenter d’une œuvre non terminée ? Où est la ligne à ne pas franchir ? Comment ne pas attirer des commentaires désobligeants au cours d’une exposition, du genre « Il n’est même pas fini, ce tableau ! »

Et c’est là qu’on rencontre ses limites quand on est comme moi un simple peintre amateur. D’ailleurs, un de mes profs disait : « Le vrai peintre, c’est celui qui sait s’arrêter, celui qui sait quand c’est fini. » Bouh !!!!!! Moi je ne sais pas toujours…ou plutôt je ne sais toujours pas, hélas !

Aussi, j’essaie désormais d’éviter de tout bouziller en voulant trop bien faire. Alors délibérément, quand c’est possible, je ne « finis » pas.

AnAllDSCN1624.jpg


Ou encore, je m’attache au seul portrait, limitant mes ambitions, pour avoir le temps de terminer devant le modèle.
Comme ça :

All2008_12200003.jpg


Mais c’est parfois frustrant…



20/09/2008

Elle s’appelait Coco, c’était une artiste

Je l’ai connue grâce à ce blog, menée sur le sien de liens en liens. J’ai aimé sa peinture, je le lui ai écrit, elle m’a répondu. Elle aimait aussi ce que je fais.
Et puis elle est partie à la mi-août. Des suites d’une longue maladie, comme on dit. Elle avait l’âge d’être ma fille. Sa disparition m’a fait un choc, et pourtant je ne l’ai jamais vue…

http://coco-olivier.blogspirit.com/

http://www.corine-olivier.com

Je ne l’oublierai pas.

04/06/2008

Encore plus

Pour voir encore plus de tableaux de Amande : http://lesphotosdamande.blogspirit.com/

21/11/2007

La part du hasard

Lorsque je peins sur une toile « recyclée », le nouveau sujet que je pose va devoir s’accommoder de cette texture enrichie par toutes les précédentes couches de peinture qui y ont été déposées.
Des granulations y ont été formées par les empâtements divers, mais bien entendu, elle ne vont pas être placées de façon congrue. Un relief formé par l’épaisseur d’une touche au bout du nez d’un portrait, se retrouvera pour le sujet suivant au beau milieu de la joue ou du front. Normalement, ça devrait me gêner.
Eh bien non… et non seulement ça ne me gêne pas, mais ça me plaît. J’aime peindre sur des granulations hasardeuses. J’aime savoir qu’une lumière rasante fera naître des ombres minuscules au milieu d’un à-plat rouge ou vert ou chair.

3d42f02bfea4d3b585454131b992f36a.jpgLors du recyclage, j’ajoute d’ailleurs quelquefois de nouvelle aspérités en parsemant la couche de peinture noire avec du sable, en la grattant avec un peigne, en y collant du papier froissé et même une fois une vieille chaussette de fin nylon…qui a donné au tableau une allure de fresque craquelée. En séchant, la couche noire encolle tout ça.

51b8ce3e565d0c09a34eaa97baad3bef.jpg

Lorsque je prends une de ces toiles bien culottées par plusieurs usages, je la regarde bien. J’évalue la façon dont je vais disposer mon sujet dessus. Je regarde quelle est la partie qui conviendra le mieux pour le centre de ce nouveau travail. Dois-je mettre la toile dans le même sens qu’à sa dernière utilisation ? Dois-je en inverser le sens ? La faire pivoter de 90° ? Et lorsque la décision est prise je me jette à l’eau. Ou plutôt à l’huile !…
Une fois que c’est en route, je laisse au hasard sa part du jeu. Et je m’adapte aux accidents de parcours sans états d’âme.
Ces granulations enrichissent le fond du portrait ou du nu. Mais elles ne sont pas les seules.
48e2e4950c25c110d779e524e53771d7.jpg

Il y a aussi les fantômes.
Ce sont les anciennes peintures parfois aussi qui ont été mal dissimulées par une couche noire un peu trop liquide et qui transparaissent. Ainsi, les épaules d’un jeune homme mal recouvertes et alors que j’avais retourné la toile la tête en bas formaient autour de la tête ce nu un halo plus clair que j’ai accentué. La part du hasard, encore…
12a90848a469cfaa3a5c4b04a576f61a.jpg

Tous ces éléments me sont maintenant tellement indispensables, qu’une toile neuve et lisse me semble terriblement ennuyeuse !

23/10/2007

Pour voir encore plus d'oeuvres

Si vous voulez voir davantage de mes oeuvres, allez visiter mon photoblog :

http://lesphotosdamande.blogspirit.com/

J'ai trois catégories : nus, portraits, scènes de vie.

Et pensez à me laisser un petit commentaire ! Merci et bonne visite !

5693f76d3fede90fd00faec2ac451ae2.jpg