Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2008

Le projet (3)

La belote
Le deuxième tableau présente des joueurs de belote.
Atmosphère beaucoup plus ludique et joyeuse. Avant toute chose, je place sur ma toile des taches colorées jaunes et orange pour créer dès le départ une lumière festive. Puis je place mes personnages. J’ai décidé que l’un d’entre eux serait le « dindon » de la farce. Celui-là m’obéit bien. Il a vraiment la tête de l’emploi. Illico je l’affuble d’un costume-et-cravate incongru. Ses yeux inquiets, sa bouche déconfite me satisfont. Je place sans problèmes des rieurs qui l’entourent, pour une fois je maîtrise bien les protagonistes. Les quatre joueurs sont des hommes, mais une femme les regarde jouer et se met du côté des rieurs, comme pour mieux accabler leur victime. Le partenaire de celle-ci apparaît discrètement au coin inférieur de la toile, juste esquissé ce n’est qu’un second rôle, d’ailleurs on ne voit pas ses mains. Pour les autres, la succession de leurs mains suit la diagonale du tableau, conduisant les yeux dans la même direction que les visages. Le jaune et le violet font un contrepoint au jaune et orange du fond, et le rouge circule du dos des cartes à la bouche cerise de la femme. Quelques surfaces blanches apaisent un peu la violence des couleurs, mais les visages se colorent de la lumière chaude qui baigne tout.
Pour une fois que mes personnages sont disciplinés…

http://lesphotosdamande.blogspirit.com/archive/2008/03/02...

Le poker

Ma toile est neuve là encore. Toute blanche. Je la tartine de couleurs. Le poker n’est pas un jeu d’enfants. Il n’a pas très bonne réputation. Des drames se jouent parfois autour de la table. Des contrastes forts : du rouge, du vert, du noir, du blanc. Je n’ai pas envie de faire dans la dentelle.
Je place les personnages. Ils seront cinq. Mais l’un d’entre eux tournera le dos au spectateur. Les autres : un fébrile, un désabusé, un menaçant, un impénétrable…Ils sont tous là.
J’ai dessiné les visages, commencé le placement des mains.

bb44c967ef7c8926a6b8e45360018b7f.jpg

Je montre cette ébauche à des amies, l’une d’elle remarque « ça manque de femmes ! ». Elle a raison. Sa réflexion me turlupine. A la séance suivante, exit l’impénétrable masculin, mes pinceaux font naître une indomptable blonde qui ne s’en laissera pas compter par son vis-à-vis, le « menaçant ». Le duel de leurs regards donne le piment qui manquait à la scène. Merci à cette amie avisée qui se reconnaîtra…
Mon personnage fiévreux vêtu de blanc qui m’intéressait davantage au début, se trouve relégué au second plan de l’action. Les deux autres se disputeront sa dépouille sous l’œil ironique de l’homme en noir qui a jeté ses cartes et renoncé à lutter. Pour un peu on entendrait au loin la ritournelle lancinante de l’homme à l’harmonica, « Il était une fois dans l’Ouest »… Le rouge baigne l’ensemble créant une atmosphère dramatique. « Le rouge est mis » !

http://lesphotosdamande.blogspirit.com/archive/2008/03/02...

06a7f568d798110fe50fc6b67fd15055.jpg


Et voilà le projet mené à bien.
Enfin, peut-être.
Parce que finalement je ne suis pas totalement satisfaite. Sur le plan narratif, c’est à peu près ce que je voulais, sauf en ce qui concerne le joueur de bridge colérique, mais sur le plan pictural, je trouve que ça manque de liant, de richesse, de profondeur. Quand je les compare à la « Tabagie » http://lesphotosdamande.blogspirit.com/archive/2007/07/25... ) je les trouve nettement en dessous.
Mais comme je le répète souvent : je n’ai pas dit mon dernier mot. Une peinture à l’huile ça peut toujours être revu et corrigé…
Affaire à suivre…

14/03/2008

Le projet (2)

Levons le suspense : j’avais envie de faire une série sur les joueurs de cartes.
Je fais donc trois tableaux sur ce thème. Mon but, c’est de recréer trois scènes de vie montrant des joueurs de cartes, en tentant d’exprimer ce qui fait la caractéristique de ces jeux, et des joueurs qui s’y adonnent.

Le bridge

Le premier tableau décrira le bridge. C’est un jeu qui n’intéresse guère les jeunes. Ce sont des gens mûrs ou âgés qui pratiquent cette activité. Ils sont tranquilles, méthodiques, sérieux, organisés. Ce sont des gens à principes, calculateurs et réfléchis.
J’ébauche en quelques traits l’emplacement des visages des protagonistes sur un rectangle à l’échelle de la toile. Il faut qu’on les voie bien, de face ou de profil mais pas de dos. Ce n’est pas si simple. Ils sont quatre, et l’un d’entre eux doit être « le mort », c’est à dire celui qui pose ses cartes retournées sur la table, laissant son partenaire en disposer pour remplir leur « contrat ».
Une fois la place des personnages déterminée, je cherche dans ma "collection de visages".
Ce sont des photos découpées au hasard de mes feuilletages de magazines, remarquées pour leur expression qui pourra me servir de guide dans la construction du visage des mes personnages.
Lorsque j’ai mes personnages, je commence à les dessiner sur la toile. Mon dessin amplifie l’expression choisie, c’est un peu de la caricature. J’agrémente arbitrairement de chevelure ou de calvitie ces physionomies. Lorsque j’ai les visages, je dessine les corps. J’ai une bonne expérience des attitudes, grâce à mes travaux assidus en dessins devant modèles vivants. Je place aussi les mains. La ronde des mains accompagne celle des visages…Elle contribue à accentuer le mouvement, la vie.

Je procède donc ainsi pour mes bridgeurs, et j’ai des surprises, les personnages que je crée ne m’obéissent plus.
Je voulais des gens calmes, mais l’un d’entre eux est en colère. Son visage se tord, il est contrarié par son partenaire.

6896eeab37e4e99216593368d92322e0.jpg

Et celui-ci, décontenancé, fait le gros dos sous l’orage. J’ai beau essayer avec mes pinceaux de calmer le jeu, rien à faire ! La sérénité ne veut pas venir sur ce visage que malgré moi j’enflamme encore plus…
7b4701f444439e45c6f59df5dde0513e.jpg

Les adversaires de ce personnage sanguin réagissent eux aussi à leur façon. La dame à droite, placide, ne se laisse pas distraire et calcule son « contrat » avec concentration, pendant qu’en face d’elle le « mort », surpris et un peu hors du coup, observe.

310f576116ae229bedade8fc8e2752b6.jpg

De plus, je comptais utiliser des couleurs assez neutres, des gris bleus, des ocres fanés, en harmonie avec des personnes placides, mais on ne se refait pas…Je constate que ces couleurs sont trop fades pour des personnages somme toute assez fortement caricaturés. Alors je réhausse. L’ocre se fait plus jaune indien, le bleu n’en est que mieux mis en valeur.
Vous allez penser que je fais du roman, mais je vous assure que c’est la vérité. Les romanciers disent parfois que leurs personnages leur échappent et que leur récit va dans des directions imprévues. Je comprends tout à fait cela, car pour moi en peinture c’est pareil. Mes personnages ne m’obéissent pas forcément.
Mais au final les choses prennent leur place, et, résignée à subir la fantaisie de mes créatures, je m’efforce au moins de donner à la scène l’ambiance « vieille France » que je projetais pour ces joueurs de bridge.

Pour voir le tableau terminé, cliquez sur ce lien :
http://lesphotosdamande.blogspirit.com/archive/2008/03/02...