Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2007

La part du hasard

Lorsque je peins sur une toile « recyclée », le nouveau sujet que je pose va devoir s’accommoder de cette texture enrichie par toutes les précédentes couches de peinture qui y ont été déposées.
Des granulations y ont été formées par les empâtements divers, mais bien entendu, elle ne vont pas être placées de façon congrue. Un relief formé par l’épaisseur d’une touche au bout du nez d’un portrait, se retrouvera pour le sujet suivant au beau milieu de la joue ou du front. Normalement, ça devrait me gêner.
Eh bien non… et non seulement ça ne me gêne pas, mais ça me plaît. J’aime peindre sur des granulations hasardeuses. J’aime savoir qu’une lumière rasante fera naître des ombres minuscules au milieu d’un à-plat rouge ou vert ou chair.

3d42f02bfea4d3b585454131b992f36a.jpgLors du recyclage, j’ajoute d’ailleurs quelquefois de nouvelle aspérités en parsemant la couche de peinture noire avec du sable, en la grattant avec un peigne, en y collant du papier froissé et même une fois une vieille chaussette de fin nylon…qui a donné au tableau une allure de fresque craquelée. En séchant, la couche noire encolle tout ça.

51b8ce3e565d0c09a34eaa97baad3bef.jpg

Lorsque je prends une de ces toiles bien culottées par plusieurs usages, je la regarde bien. J’évalue la façon dont je vais disposer mon sujet dessus. Je regarde quelle est la partie qui conviendra le mieux pour le centre de ce nouveau travail. Dois-je mettre la toile dans le même sens qu’à sa dernière utilisation ? Dois-je en inverser le sens ? La faire pivoter de 90° ? Et lorsque la décision est prise je me jette à l’eau. Ou plutôt à l’huile !…
Une fois que c’est en route, je laisse au hasard sa part du jeu. Et je m’adapte aux accidents de parcours sans états d’âme.
Ces granulations enrichissent le fond du portrait ou du nu. Mais elles ne sont pas les seules.
48e2e4950c25c110d779e524e53771d7.jpg

Il y a aussi les fantômes.
Ce sont les anciennes peintures parfois aussi qui ont été mal dissimulées par une couche noire un peu trop liquide et qui transparaissent. Ainsi, les épaules d’un jeune homme mal recouvertes et alors que j’avais retourné la toile la tête en bas formaient autour de la tête ce nu un halo plus clair que j’ai accentué. La part du hasard, encore…
12a90848a469cfaa3a5c4b04a576f61a.jpg

Tous ces éléments me sont maintenant tellement indispensables, qu’une toile neuve et lisse me semble terriblement ennuyeuse !